Les partenaires sociaux affirment l’importance de maintenir prioritairement les salariés dans l’emploi pour conserver les compétences.

Avec 90 000 signatures de contrats de travail en 2015, la branche s’efforcera de maintenir le nombre de contrats.

 

Article II-1 : Seniors 

Pour l’application du présent accord, les partenaires sociaux conviennent de qualifier de senior tout salarié âgé de 55 ans et plus.

Les partenaires sociaux, ayant fait le constat que la population des seniors était bien représentée dans la branche, s’efforceront, au terme de la période de trois ans, de porter le pourcentage de seniors 19% des effectifs.

Les entreprises pourront, lors de l’entretien professionnel, évoquer les mesures d’accompagnement permettant au salarié « senior » de poursuivre sa carrière dans de bonnes conditions en favorisant :

  • l’accès à la formation en anticipant l’évolution des carrières professionnelles
  • la réduction volontaire du temps de travail
  • l’organisation par les institutions de prévoyance de réunions d’information sur les dispositifs de retraite
  • l’accompagnement des salariés en fin de carrière en s’efforçant de proposer une offre de formations d’aide à la gestion du départ à la retraite dans les deux ans précédant le départ en retraite

A cette fin, les salariés âgés de 55 ans et plus bénéficieront, à leur demande et sur justificatif, d’une autorisation d’absence rémunérée, dans la limite de 4 heures, pour faire effectuer un bilan retraite.

  • l’orientation vers des missions tutorales

A sa demande, le salarié « senior » pourra bénéficier, si nécessaire, d’un entretien supplémentaire par an afin d’envisager, de façon plus approfondie, ses perspectives professionnelles.

Afin de favoriser l’accès au bilan de santé prévu par l’article L. 321-3 du Code de la sécurité sociale, les salariés âgés de 55 ans et plus bénéficieront d’une autorisation d’absence rémunérée d’une journée,pour se rendre et suivre, au plus tous les 5 ans, sur convocation de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie, un bilan de santé gratuit.

Ils devront à cet effet présenter la convocation de la caisse primaire d’assurance maladie dans un délai minimal de 15 jours avant la réalisation du bilan de santé et justifier à leur retour dans l’entreprise de leur présence effective à ce bilan et de la durée de celui-ci.

 

Article II-2 : Développement de l’employabilité

La mise en œuvre d’une politique ambitieuse de maintien et de développement des compétences et des qualifications est un facteur tant de compétitivité pour les entreprises que de sécurisation des parcours professionnels pour les salariés.

Le développement de l’employabilité passe par :

  • le développement des compétences et des qualifications
  • la sécurisation des parcours professionnels (accord de branche sur la formation professionnelle)
  • la fidélisation
  • la professionnalisation de nos métiers

Elle vise à permettre à des personnes disposant d’un faible niveau de qualification d’accéder à des emplois durables. En développant la notion de professionnalisme, le secteur d’activité s’inscrit dans une démarche générale plus volontaire et active de développement de l’emploi et de la formation.Les partenaires sociaux chargent la CPNE de veiller à la réactualisation régulière de la liste des formations éligibles au CPF.

 

Article II-3 : Formation et transmission des savoirs

  • Partage de l’expérience, transmission des savoir-faire

Les actions de transmission des savoirs et des compétences tant en direction des jeunes qu’en direction des salariés expérimentés (seniors) permettent à l’entreprise de maintenir et de développer sa performance en conservant et développant ses savoir-faire. 

Les partenaires sociaux veilleront à l’exclusion de toute forme de discrimination à l’égard des salariés seniors. Grâce à leurs connaissances de l’entreprise et de ses métiers, les seniors jouent un rôle important dans l’accueil des jeunes. 

  • Tutorat

La pratique du tutorat doit être privilégiée dès lors que les missions sont confiées à des salariés volontaires et pouvant se prévaloir d’une expérience et d’un savoir reconnus.

Les partenaires sociaux rappellent leur attachement au tutorat conformément à l’accord de branche sur la formation professionnelle. Ils encouragent les entreprises à développer le tutorat, notamment auprès de leurs seniors. A cet effet, la part des seniors occupant des missions tutorales fera l’objet d’un suivi via la mise en place d’un indicateur spécifique.

Les employeurs seront attentifs au fait que le tuteur dispose du temps nécessaire et des moyens pour assurer sa fonction.