Utilisation du compte épargne temps (Article 10-D.2)

Les repos mentionnés à l’article 10-D-1 devront être utilisés dans les quatre ans suivant l’ouverture de ces droits.

Utilisation de ce compte par les salariés

Le congé de fin de carrière devra être sollicité 6 mois avant son commencement par lettre recommandée avec accusé de réception.

Le congé pour convenance personnelle devra être sollicité 2 mois avant son commencement par lettre recommandée avec accusé de réception. L’employeur dispose d’un délai d’un mois pour faire connaître sa décision. Il peut refuser le congé une fois, par décision motivée.Dans ce cas, le salarié peut présenter une seconde demande 2 mois après le refus de l’employeur.

Dans le cas du départ en retraite d’un salarié, l’employeur ne pourra refuser la demande de congé pour convenance personnelle, dès lors que cela aboutirait à rendre, en pratique, impossible le dépôt d’une nouvelle demande par le salarié, compte tenu de la date de son départ en retraite.

L’absence au titre du compte épargne temps est considérée comme une période de travail effectif. Les avantages liés au contrat de travail et aux droits collectifs conventionnels et individuels sont maintenus.

Lors de la prise du congé, la rémunération est versée à la date habituelle de paie. Elle est soumise aux mêmes cotisations qu’un salaire normal et donne lieu à l’établissement d’un bulletin de salaire.

A l’issue de son congé, le salarié retrouvera son précédent emploi.

Départ de l’entreprise ou transfert du contrat de travail en cas de passation de marché

  • En cas de rupture du contrat de travail, quel qu’en soit le motif, le salarié percevra une indemnité compensatrice d’un montant correspondant aux droits acquis dans le cadre du compte épargne temps.Cette indemnité sera calculée de la même façon que si le compte était liquidé par une prise de congé, la base de calcul étant le salaire perçu au moment de la liquidation du compte.
  • En cas de passation de marché, le compte épargne temps du salarié transféré sera soumis aux dispositions de l’accord du repreneur. Le cédant s’engage à transférer au repreneur les provisions, charges sociales incluses. A défaut d’accord dans l’entreprise, les conditions d’application seront celles définies dans le présent accord. Toutefois, le salarié conserve la faculté de demander le déblocage anticipé au cédant.