Au plus tard à l’issue de la période d’essai, le salarié reçoit confirmation de son embauche, par lettre ou contrat écrit, qui précise :

  • l’emploi occupé,
  • la durée du travail,
  • le salaire mensuel,
  • la durée de la période d’essai,
  • le lieu de 1ère affectation, les conditions de mobilité du personnel étant définies par accord d’entreprise ou dans le contrat de travail, lequel peut prévoir une zone géographique d’emploi à l’intérieur de laquelle le salarié peut être affecté.

Ces zones géographiques sont définies dans chaque entreprise compte tenu de la densité d’implantation des restaurants.

Cette liste établie à la date de la signature de la Convention collective nationale n’est pas exhaustive et doit être complétée par les dispositions légales relatives aux contrats à durée déterminée et aux temps partiels.

Dès son entrée dans l’entreprise, chaque salarié doit être informé de l’existence de la Convention Collective Nationale, du règlement intérieur et, éventuellement, de l’accord d’entreprise. La Convention Collective Nationale doit être affichée dans chaque restaurant.

Le salarié doit se soumettre à la visite médicale d’embauche.

 Depuis le 1er janvier 2017, la visite médicale d’embauche est remplacée par la visite d’information et de prévention, hors cas des salariés soumis à une surveillance médicale renforcée qui, eux, sont soumis à un examen médical d’aptitude à l’embauche (article R. 4624-24 du Code du travail).