La restauration collective concédée
Actualités

Accueil    /    La restauration collective concédée    /    Actualités
    26 février 2020

Signature d'une charte entre le ministère de l'Agriculture et les principaux acteurs de la restauration collective


Didier Guillaume, ministre de l’agriculture et de l’alimentation, a signé, le 25 février, une charte intitulée « La restauration collective en action » avec plusieurs opérateurs du secteur : le Syndicat national de la restauration collective (SNRC), le réseau interprofessionnel de la restauration collective en gestion directe (Restau'co), la Confédération française du commerce en gros et international (CGI), l’Association nationale des industries alimentaires (ANIA), la Confédération générale de l'alimentation en détail (CGAD), la Coopération agricole, la Fédération des marchés de gros de France, les Grossistes des fruits et légumes, la FEDALIS, et l’Association de coordination du frais alimentaire (Acofal).

Déjà fortement mobilisés, les signataires de cette charte confortent leur volonté de mutualiser leurs efforts pour atteindre un des objectifs emblématiques fixé par la loi du 30 octobre 2018 pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire, dite loi « EGAlim » : proposer des repas composés d’au moins 50% de produits durables et de qualité, dont au moins 20% de produits biologiques, d’ici le 1er janvier 2022. Cet objectif ambitieux nécessite une mobilisation de tous pour être atteint.
La restauration collective représente en France un secteur essentiel à l'alimentation de nos concitoyens, avec environ 80 000 restaurants concernés, et plus de 3 milliards de repas servis chaque année. Plus de 7 millions de Français prennent chaque jour au moins un de leurs repas dans un restaurant collectif : crèches, restaurants scolaires, universités, établissement de santé, sociaux et médico-sociaux, pénitentiaire, restaurants administratifs.

« La restauration collective est un formidable levier pour garantir l’accès de tous à une alimentation de qualité et accélérer la transition agro-écologique. Il faut valoriser les productions françaises et l’agriculture locale, et l’excellence de nos produits en visant les 50% d’approvisionnement en produits durables et de qualité ! L’Etat s’engage de son côté au travers de ses établissements publics et de ses services de restauration » a déclaré le ministre de l’agriculture et de l’alimentation.

 

Cliquer ici pour lire le communiqué de presse

 

 

S'abonner
à notre newsletter

L'agenda du snrc

Espace presse Espace adhérent